La remise des actes de naissance est-elle nécessaire pour la transcription d’un acte de mariage ?

Le gouvernement rappelle, dans une réponse ministérielle, que la transcription d’un acte de mariage ne nécessite pas la remise des actes de naissances des personnes concernées.

Le 26 mars 2019, la députée Amélia Lakrafi demande au gouvernement des précisions sur les possibilités administratives disponibles aux Français établis hors de France et rencontrant des difficultés pour la transcription de leur acte de mariage. Elle fait ressortir que les actes de naissance datant de moins de trois mois requis comme pièce justificative posent parfois problème car ils ne sont pas facilement disponibles dans certains pays où les registres d’état civil sont très récents ou qui ne sont pas fiables. Elle ajoute comme exemple le cas d’un couple marié en Afrique du Sud et dont la femme sud-africaine qui était née durant l’apartheid n’avait pas été enregistrée dans les registres. La transcription de l’acte de mariage auprès des autorités consulaires semblait être bloquée.

Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères lui répond le 14 mai 2019. Il rappelle que l’article 24 du décret n° 2017-890 du 6 mai 2017 dispose que la demande de transcription des actes d’état civil étrangers se fait au poste diplomatique ou consulaire compétent tout en y joignant une copie intégrale de l’acte concerné.
Il précise qu’en terme d’actes de mariage, l’article 71 du code civil prévoit qu’un acte de notoriété délivré par un notaire ou, à l’étranger, par les autorités diplomatiques ou consulaires peut suppléer l’acte de naissance nécessaire pour accomplir les formalités préalables au mariage.
Toutefois, il fait ressortir que la transcription d’un acte de mariage ne dépend pas de la remise des actes de naissance.

© LegalNews 2019
Abonné(e) à Legalnews ? Accédez directement à tous les compléments


Bénéficiez d'un essai gratuit à LegalNews


LegalNews , veille juridique et comptable

LegalNews vous offre une surveillance exhaustive de l’actualité juridique (presse, revues juridiques, sources officielles et institutionnelles…). Recevez votre sélection d’informations sur-mesure en fonction de votre activité pour vous concentrer sur la véritable valeur ajoutée de votre métier.

Pour bénéficier dès maintenant d’un essai gratuit et sans engagement grâce à Juridiconline, cliquez ici