Justification d’une mesure de curatelle renforcée d’un majeur

La seule altération des facultés physiques ne justifie pas un placement sous curatelle renforcée d'un majeur.

Un jugement a placé M. X. sous curatelle renforcée pour une durée de soixante mois, un mandataire judiciaire à la protection des majeurs étant désigné en qualité de curateur.

Par un arrêt du 15 septembre 2016, la cour d'appel de Nîmes a confirmé ce jugement.
Elle a retenu qu'il résulte de l'expertise médicale ordonnée avant dire droit que les fonctions cognitives de celui-ci ne sont pas altérées, mais qu'il présente des difficultés d'autonomie physique qu'il minimise.

Le 21 novembre 2018, la Cour de cassation casse et annule l'arrêt rendu par les juges du fond.
Aux visas des articles 425 et 440 du code civil, elle rappelle que l'ouverture d'une mesure de protection juridique exige la constatation, par les juges du fond, soit de l'altération des facultés mentales de l'intéressé, soit de l'altération de ses facultés corporelles de nature à empêcher l'expression de sa volonté.
Elle conclut que, sans préciser si l'altération de ses facultés corporelles empêchait M. X. d'exprimer sa volonté, la cour d'appel n'a pas donné de base légale à sa décision.

© LegalNews 2019
Abonné(e) à Legalnews ? Accédez directement à tous les compléments


Bénéficiez d'un essai gratuit à LegalNews


LegalNews , veille juridique et comptable

LegalNews vous offre une surveillance exhaustive de l’actualité juridique (presse, revues juridiques, sources officielles et institutionnelles…). Recevez votre sélection d’informations sur-mesure en fonction de votre activité pour vous concentrer sur la véritable valeur ajoutée de votre métier.

Pour bénéficier dès maintenant d’un essai gratuit et sans engagement grâce à Juridiconline, cliquez ici