Critère d’utilité en copropriété : égalité des charges d’ascenseur à tous les étages ?

La Cour de cassation précise le critère d’utilité concernant les charges de copropriété. Elle affirme qu’est contraire une répartition égale des charges d’ascenseur pour les cinq étages d’un immeuble.

Une propriétaire d’un lot composé d’un appartement situé au premier des cinq étages d’un immeuble est soumise au régime de copropriété. Une clause du règlement de copropriété décide d’une nouvelle répartition des charges d’ascenseur. La propriétaire assigne le syndicat des copropriétaires en annulation.

Le 28 février 2018, la cour d’appel de Paris a rejeté la demande de la requérante. La clause litigieuse répartissait à part égales les charges d’ascenseur entre les copropriétaires. Les juges du fond ont retenu que les motifs de cette décision avaient été précisés et qu’il était expressément fait référence au critère d’utilité de l’article 10 de la loi du 10 juillet 1965. Ils avaient également relevé que la requérante n’avait pas démontré que ce critère, tel qu’il était précisé dans le règlement, était contraire à l’article précité.

La Cour de cassation annule cet arrêt le 9 mai 2019 en ce qu’il déboute la copropriétaire de l’intégralité de ses demandes dont celle en annulation de la clause de répartition des charges d’ascenseur. Elle rappelle qu’une répartition par parts égales des charges d’ascenseur entre des lots situés à des étages différents est contraire au critère d’utilité du texte susvisé.

© LegalNews 2019
Abonné(e) à Legalnews ? Accédez directement à tous les compléments


Bénéficiez d'un essai gratuit à LegalNews


LegalNews , veille juridique et comptable

LegalNews vous offre une surveillance exhaustive de l’actualité juridique (presse, revues juridiques, sources officielles et institutionnelles…). Recevez votre sélection d’informations sur-mesure en fonction de votre activité pour vous concentrer sur la véritable valeur ajoutée de votre métier.

Pour bénéficier dès maintenant d’un essai gratuit et sans engagement grâce à Juridiconline, cliquez ici